Petit traité matinal de créativité sociale

Petit traité matinal de créativité sociale

Avant d’être défricheur d’horizons et tisseur d’idées dans un espace de coworking, avant d’être entrepreneur et consultant en communication, avant de m’investir dans diverses associations qui promeuvent un meilleur vivre ensemble… avant tout ça, je suis géographe.

Bref, comme vous tous, je suis un créateur. Je ne travaille pas la terre, je ne dessine pas, je ne chante pas certes… Mes matériaux de prédilection sont moins palpables que ceux des plasticiens. Je m’épanouis dans la création collaborative et participative.

La matière première qui me fait vibrer ? La vie sociale, culturelle et économique ; le rapport des hommes à leur territoire, notre rapport à nos territoires.

Quand les envies bouillonnent

Si je vous parle de moi, ce n’est ni pour égrener une partie de mon CV, ni pour brandir l’étendard d’une passion qui prend les contours d’une raison d’être. Aujourd’hui, je voulais vous partager l’émotion d’une expérience quotidienne : celle de la contagion positive, celle de la créativité libérée.

Tous les jours, je constate la richesse de mettre les gens côte à côte et de provoquer la rencontre par cette simple proximité. Dans cet environnement propice à la libération des idées qu’est l’Archipel, les aspirations individuelles et collectives se réveillent, puis s’entraînent mutuellement…

Au contact de nos congénères, portés par cet élan social qui semble mouvoir notre espèce depuis ses balbutiements, nous voulons créer et nous nous rendons compte qu’il est possible de créer. Peu à peu, les entraves socio-culturelles se brisent et l’on ne demande qu’à explorer le monde qu’on a imaginé.

De la diversité

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que la nature nous apprend tout, qu’elle est la première source d’inspiration des artistes, des artisans et autres architectes. Modestes bricoleurs de lien social que nous sommes avec mes camarades, nous nous inspirons évidemment aussi de cette pachamama, trop souvent lacérée par une humanité qui n’en finit plus de se morfondre dans ses supplices psychotiques.

S’il y a bien une chose que la nature peut nous apprendre, c’est que la vie est un terreau qui se nourrit lui-même de la diversité qu’il engendre. La vie sur Terre n’est-elle pas le produit de la division des cellules et de leur diversification génétique ?

L’existence humaine puise son sens dans la créativité. Pourquoi les hommes auraient-ils sinon investi tant de passion et d’énergie à créer des créateurs à leur image ? En d’autres termes, diversité et créativité se nourrissent mutuellement.

La créativité sociale ne peut exister que dans et par la diversité sociale, par la multiplicité des points de vue, par l’enrichissement des apports culturels, des connaissances  et des expériences multiples qui se croisent, qui se frictionnent et  forment les premières étincelles d’une embrasement de joie collective.

Cultivons la diversité !  Inspirons nous des réussites de la permaculture ou de l’agroécologie, pour transposer à la culture des esprits, tant de principes de bon sens appliqués à la culture des sols.

Nous connaissons tous, les dangers et dégâts de la monoculture, celle qui épuise nos ressources en prétendant nous nourrir, celle qui nous installe dans la dépendance et surtout celle qui nous rend si vulnérables… Une maladie et c’est tout le champ qui est décimé… c’est toute la vie qui est décimée… Alors qu’en face, dans la diversité, dans cet univers joyeux et coloré des complémentarités, l’écosystème ressort toujours plus fort en faisant preuve de créativité.

Du lâcher prise et de la dynamique

Décloisonnez ! Laissez-faire ! Encouragez ! Accompagnez ! En résumé : libérez les énergies !

Je vantais plus haut les vertus des écosystèmes nourris de diversité et de créativité. L’approche systémique, propre à l’étude d’objets complexes, est à mon sens un mode d’observation indispensable d’un monde qui ne peut être compris autrement que dans sa complexité.

Un écosystème (ou un [1]Géosystème pour les non initiés : combinaison de facteurs biotiques, abiotiques ou anthropiques liés à un territoiregéosystème)  est un ensemble de facteurs combinés qui forment une réalité compréhensible comme un tout. Chacun des éléments du système interagit avec les autres en instaurant un équilibre, mu par une dynamique.

La créativité et la diversité sont les ressources énergétiques des “écosystèmes sociaux”. Plus on génère d’énergie au sein de cet écosystème, plus il se développe, plus il foisonne et plus il donne le meilleur de lui-même… dans une logique vertueuse, puisque créativité et diversité sont à la fois ressources et produits.

A la différence d’une boule de billard mue par une énergie externe, un écosystème social génère sa propre ressource de l’intérieur. Sa propre conscience collective permet l’intention créatrice (et la responsabilité qui va avec…. comme la conscience individuelle offre la liberté individuelle et la responsabilité qui l’accompagne).

En d’autres mots, la créativité sociale est telle une boule de neige capable de se mouvoir d’elle-même. Or, de l’effet boule de neige, on ne peut craindre que l’avalanche… Mais qui dirait non à une avalanche d’humanité ?

La peur peut-être.

La peur qui, souvent, fait basculer la fragile intention de régulation vers celle du contrôle. Or, si le contrôle est trop fort, on freine la dynamique au risque de la stopper, on freine l’élan de vie au risque de le stopper, on bride la créativité, on épuise la diversité…

Tout est question d’équilibre… mais un équilibre en mouvement, comme sur un vélo. Si on ne pédale plus, on tombe. Si on a peur, on tombe.

Notre dynamique : la confiance.

Les roulettes sur notre bicyclette : l’écoute, l’échange, la rencontre, le dialogue…

Voilà mon humeur du jour. Spontanée, elle est probablement maladroite. Mais au moment où j’écris ces lignes, quand les premières lueurs du jour caressent le clapot embrumé de cette tendre Méditerranée, j’espère pouvoir la faire vibrer longtemps.
Il y aura certainement des obstacles, mais qu’importe… je me réjouis par avance de découvrir les qualités itératives et créatives de mes congénères.

Notes   [ + ]

1. Géosystème pour les non initiés : combinaison de facteurs biotiques, abiotiques ou anthropiques liés à un territoire

Partagez sur les réseaux :