Entrepreneuriat et révolutions

Entrepreneuriat et révolutions

Nul besoin d’évoquer l’ère de transitions que nous vivons. D’audaces en tergiversations en passant par toutes sortes d’agacements et de frictions, nous sommes amenés à porter ou accompagner le changement. Créer, réinventer, imiter, itérer, réitérer… Nous avons besoins de conjointes expertises et d’esprits collaboratifs. Pourtant nous ne sommes pas à l’abri des égarements de l’influence, des quettes de pouvoir et d’image, comme des paroles non tamisées (#socrate #reseauxsociaux). Et ce n’est pas la première fois que nous vivons cela…

Regardons l’entrepreneuriat dont nous avons besoin à la lumière des bégaiements de l’histoire.

La route incertaine des succès

Des plus célèbres révolutions que nous connaissons, celle dite de 1789 aura encore le plus de résonance dans notre inconscient collectif bien dressé.  De cette époque, rappelons un texte lyonnais de 1783 mentionné par Alphonse Dupront dans Qu’est-ce que les Lumières ? A propos des méthodes manufacturières dans la capitale des Gaules, les mots qui suivent relèvent excellemment les passerelles psycho-sociales qui se tissent entre Lumières, entrepreneuriat et révolution.

S’il était possible d’avoir l’histoire de toutes les fautes, on aurait bientôt la clef de la route certaine des succès.

Au XXIe siècle, dans les cercles de l’entrepreneuriat de la citation, on se délecte de ce type de petits préceptes motivants et inspirants. D’un point de vue purement pragmatique, l’approche est tautologique. Entreprendre, c’est évidemment se confronter au risque, à l’éventualité d’erreurs qui pourront être fièrement transformées en apprentissages.

Jusque là, encourager à la prise de risque mesurée et accompagnée semble relever d’une vision optimiste et bienveillante. Regardons toutefois le contexte d’hier de plus près (et gardons nous bien-sûr de tout parallèle anachronique… car aujourd’hui tout le monde veut le bien commun, évidemment)

 

Entrepreneuriat de l’innovation ou conservatisme déguisé ?

Tout changement provoque des résistances

Naturellement dans toute situation précédant un changement, certains organismes et individus trouvent leur intérêt… même s’il est contraire à l’intérêt commun et à la pérennité de l’écosystème lui-même (qui rappelons-le ne peut être équilibré que par le mouvement #bicyclette). Bref, ces individus vont consciemment ou inconsciemment freiner les dynamiques de transition (coucou la peur, coucou l’ego… c’est normal #fontaine #areski…. mais c’est un autre sujet à aborder lors d’un prochain Cercle de discussion à l’Archipel).

Culture et curiosités face aux inerties

Revenons à notre XVIIIe siècle entrepreneurial sur les rives du Rhône, car les manufacturiers de jadis semblaient avoir une vision bien individualiste et peu progressiste du succès. A l’aube de la Révolution qui sommeillait dans les rues de Lyon, les entrepreneurs Lyonnais rassemblés prirent de bien curieuses décisions.

Pour tendre vers l’excellence… ils ont préféré refuser ouvrir une université de culture des esprits… pour miser sur une école de commerce ouvertement utilitariste. On y apprenait par exemple les langues étrangères, non pour s’élever spirituellement, mais pour “développer des relations d’intérêts” (pas l’intérêt commun, on s’entend, mais bien l’illusion court-termiste individualiste ou corporatiste). On y enseignait aussi les sciences pour “avoir un temps d’avance” sur la concurrence et dominer autrui… plutôt que rechercher les outils d’un mieux vivre ensemble, d’un épanouissement personnel et collectif.

Enfants de la Révolution (ce sont les cours d’éducation civique qui le disent), cela a heureusement bien changé et nous savons aujourd’hui entreprendre autrement. Ou peut-être essaie-t-on de s’en convaincre… (#dissonancecognitive)

 

L’accompagnement entrepreneurial n’est pas un sacerdoce pour tous

Dans notre XXIe siècle, où nous aurions besoin de réapprendre la culture de l’échec pour ne plus oublier d’essayer, on a réussi à inventer les tribunaux de l’innovation. Concours, parcours d’entrepreneurs, incubateurs prennent le relais des écoles de commerce et autres formations au management pour récupérer les éventuels réels innovateurs qui sortiraient de la doxa à l’origine de la situation de crise.

Comment ? A coup de business plan et d’études de marché (pour caricaturer). Ainsi, des garants du système, puisqu’ils y ont fait leur preuve, deviennent les juges de la viabilité d’une innovation. Niveau biais cognitifs, on charge bien l’embarcation.

Combien de prix et de parcours “entrepreneuriaux” ne sont jugés que par les bénéficiaires de l’innovation ou du service innovant proposé par les citoyens à la créativité libérée ?

Demanderait-on à Veolia ou à Total de juger de la qualité de projets de transition écologique ?

Avec ce type d’approche, au mieux des évolutions minimes peuvent voir le jour, mais aucun risque de révolution, de transition franche, qu’elle soit économique, sociale ou environnementale.

Imaginez la somme d’efforts, sur soi-même et sur le collectif, nécessaire pour provoquer un véritable mouvement. L’entrepreneuriat qu’on nous autorise est un entrepreneuriat des petits pas à défaut d’une marginalisation qui ne permettra pas non plus d’innovation profonde et durable.

Synergies exponentielles ou éparpillement ?

On se félicite avec raison des avancées des entrepreneurs dans le zéro déchets, dans les circuits courts, vers une économie plus équitable, plus respectueuse socialement… Tout cela mis bout à bout est énorme… mais semble ne pas suffire pour provoquer un effet de levier dans le timing serré dont nous disposons.

Qu’en conclure ? De ne pas attendre la validation théorique d’une ambition pour se lancer, mais plutôt rassembler ses valeurs, ses convictions, puis parler, échanger, inventer. Bref tout ce qu’on peut faire via des écosystèmes comme le nôtre où l’on vous encourage à éprouver vos idées, à les tester, avec passion, avec audace… mais surtout, jamais seul dans votre coin.

Apprendre de l’histoire… mais surtout écouter son coeur (sous les blessures)

Si tant est que l’on puisse en faire une lecture pertinente, apprenons de l’histoire pour essayer de ne pas en reproduire les erreurs. Ne révolutionnons pas par conservatisme, mais innovons par amour. Dépouillons les ambitions masquées de l’inertie qui pervertissent le juste esprit de l’entrepreneuriat. Ecoutons l’ego pour l’apaiser et ne pas le laisser nourrir un entrepreneuriat vicié qui disperse au lieu de rassembler.

Rappelons nous qu’en doléances du tiers Lyonnais en 1789, il y avait de “former dans tous les ordres des citoyens utiles”. Gardons donc encore la décence de ne trop nous effaroucher devant les les images d’un Orwell, plus lucide que visionnaire. Les dérives de notre société ont bien été appelées dès sa gestation.

Entreprendre et innover aujourd’hui, c’est s’engager dans un réel changement de paradigme. N’est-ce pas enthousiasmant ?

Partagez sur les réseaux :