L'Archipel Toulon – Espaces de coworking https://www.archipel-toulon.fr "Donner leur chance aux idées" Mon, 11 Dec 2017 18:06:42 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.9.1 Qui a dit qu’on ne trouvait que des bobos à lunettes au coworking ? https://www.archipel-toulon.fr/humeur/qui-a-dit-quon-ne-trouvait-que-des-bobos-a-lunettes-au-coworking/ https://www.archipel-toulon.fr/humeur/qui-a-dit-quon-ne-trouvait-que-des-bobos-a-lunettes-au-coworking/#respond Mon, 11 Dec 2017 17:49:08 +0000 https://www.archipel-toulon.fr/?p=22459 En rentrant du travail, j’ai été interpellée par une association dans la rue. En discutant avec un des militants,  je lui ai expliqué que je travaillais dans un espace de...

L’article Qui a dit qu’on ne trouvait que des bobos à lunettes au coworking ? est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
En rentrant du travail, j’ai été interpellée par une association dans la rue. En discutant avec un des militants,  je lui ai expliqué que je travaillais dans un espace de coworking. Spontanément il m’a répondu “Ah oui ! Je connais, y’as que des bobos à lunettes qui travaillent là-bas !”. Ce n’était pas la première fois que j’entendais ça !

Nous, à l’Archipel, on n’aime pas trop les stéréotypes. En France, les espaces de coworking se développent dans toutes les villes, prennent différentes formes  et ont tous leur identité propre… alors pourquoi les personnes qui y travaillent devrait toutes être les mêmes ? J’ai donc chaussé mes lunettes et suis partie mener l’enquête !

Les hommes sont majoritaires dans ces espaces

Dans une enquête mondiale sur le coworking, Global Coworking Survey relève que deux tiers des personnes travaillant dans un espace de coworking sont des hommes. Si l’on devait donc dresser le portrait type d’un coworker, ce serait un homme de 34 ans, programmeur, développeur ou designer web, qui travaille en freelance.

Les femmes sont en effet moins nombreuses pour la simple et bonne raison qu’elles sont moins à entreprendre individuellement. L’entrepreneuriat au féminin ne représente encore que 30% des entrepreneurs français. Plusieurs freins peuvent expliquer ce phénomène, comme des freins psychologiques et des freins socio-culturels. Si certains freins comme l’adéquation entre vie privée et vie professionnels sont bien connu, d’autres comme la prudence, l’autocensure, et même la minimisation de leurs projets, paraissent moins évident, mais sont pourtant bien présent.

Pourtant elles sont tout aussi intéressées par le coworking, et ce, pour les mêmes raisons que les hommes : besoin de sortir de chez soi, de s’entourer, de se sociabiliser… à des prix attractifs.

Effet de mode ou véritable culture en transition ?

Le premier espace de coworking français a été ouvert en 2008, et il était, sans surprise, parisien. Depuis l’ouverture de “la Cantine”, bien d’autres espaces de coworking ont ouvert. Aujourd’hui, on compte 360 espaces de coworking en 2016 en France (contre 250 en 2015 !) [1]Chiffres issus de l’étude de Working Place : http://www.workingplace.fr/coworking-2016-les-chiffres/.

Les espaces de coworking sont de nouveaux lieux, souvent appelés tiers lieux : il se situe entre l’espace de travail et la maison. Il n’existe pas une définition unique de l’espace de coworking, mais ici nous parlons de lieux de vie bien plus que de location de local. Comme tous nouveaux espaces, on imagine que les personnes qui s’y intéressent et qui y vont sont des bobos à lunettes, c’est à dire des personnes qui veulent être dans tous les endroits branchés et modernes. Comme un effet de mode.

La vérité est bien plus complexe : l’espace de coworking n’est pas qu’un espace branché. Le monde du travail est en plein changement et l’espace de coworking est une des composantes de ce changement. En effet, les entreprises doivent de plus en plus voir leur environnement comme un écosystème dans lequel tous les acteurs ont leur place. Ainsi une entreprise ne travaille plus seule, son client devient son partenaire, tout comme son banquier, avec qui elle tissera des liens privilégié. Les entreprises doivent être scalable afin de pouvoir répondre à la demande des consommateurs qui se veut rapide.

Les espaces de coworking s’adaptent donc aux besoins d’une société en changement : les métiers évoluent et on ne travaille plus forcément dans son entreprise.  Avec leur adaptabilité et leur agilité, les  coworks offrent un maximum de flexibilité à tous les travailleurs qui s’y rendent. Il permettent aussi de se connecter à son environnement et de tisser  des liens pour avancer dans son projet, voire en créer de nouveaux ! Bien plus qu’un effet de mode, c’est une véritable transition culturelle. Le monde du travail change de vision, impulsé par une génération qui aspire à l’épanouissement même au boulot  !

Des espaces de coworking à l’image de la diversité des profils

De plus en plus de personnes travaillent à leur compte : les indépendants représentent 2.8 millions d’actifs en France fin 2011. Ces travailleurs libérés sont les moteurs du changement du monde du travail : en recherche constante de flexibilité et d’agilité, ici le travail n’est donc plus vu comme une contrainte.  Les espaces de coworking répondent donc à leurs attentes en adoptant la même souplesse.

Mais les espaces de coworking sont aussi avantageux pour les entreprises, et même les grands groupes. En effet que ce soit du point de vu du salarié ou de la société, il y a de nombreux avantages au télétravail dans un espace de coworking : augmenter l’efficacité, la proximité, étendre le réseaux, pousser la créativité… Et c’est pour ces raisons que de plus en plus de salariés se tournent vers le coworking !

Article par Lucile Marrone

Notes   [ + ]

1. Chiffres issus de l’étude de Working Place : http://www.workingplace.fr/coworking-2016-les-chiffres/

L’article Qui a dit qu’on ne trouvait que des bobos à lunettes au coworking ? est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
https://www.archipel-toulon.fr/humeur/qui-a-dit-quon-ne-trouvait-que-des-bobos-a-lunettes-au-coworking/feed/ 0
Agrumes et productivité : Pomello pour Trello https://www.archipel-toulon.fr/outils/agrumes-productivite-pomello-trello/ https://www.archipel-toulon.fr/outils/agrumes-productivite-pomello-trello/#respond Fri, 17 Nov 2017 13:00:31 +0000 https://www.archipel-toulon.fr/?p=22427 Se motiver et être productif n’est pas toujours évident. Quand certaines se plaisent à procrastiner, d’autres se dispersent dans les dizaines de tâches qui les assaillent. Heureusement, pour se cadrer...

L’article Agrumes et productivité : Pomello pour Trello est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
Se motiver et être productif n’est pas toujours évident. Quand certaines se plaisent à procrastiner, d’autres se dispersent dans les dizaines de tâches qui les assaillent. Heureusement, pour se cadrer et structurer ses journées de travail, il existe la célèbre technique pomodoro. Connectée au gestionnaire de tâches Trello, elle devient Pomello. Zoom sur un outil simple et très pratique.

Pomodoro en quelques mots

Pomodoro, veut dire tomate en italien. Quel rapport avec la productivité me direz-vous ? Si ce n’est qu’elle est souvent gorgée de l’énergie du soleil… Bon, la référence porte surtout sur la tomate qui sert de minuteur dans de nombreuses cuisines. Car la technique vous aide simplement à fractionner vos créneaux de travail.

Vous sélectionnez une tâche importante. Vous lancez votre minuteur pour 25 mn. Vous travaillez pendant ce temps sans interruption sur cette seule tâche, sans vous en détourner, sans vous laisser déconcentrer.

Au terme de ces 25 mn, vous enchaînez sur une pause de 5 mn, ni plus, ni moins, où vous faites quelque chose de totalement différent. Si vous étiez assis, vous vous levez, vous marchez, vous jouez au babyfoot ou aux fléchettes, vous vous étirez, vous mangez une chouquettes en comptant les grains de sucre.

Vous reprenez ensuite une nouvelle session de 25 mn.

Toutes les 4 séquences (appelées aussi pomodoro) vous avez droit à une plus longue pause de 15 mn.

Faites bosser vos neurones en fractionné

L’objectif de cette approche fractionnée est d’optimiser votre capacité de concentration et votre énergie. En effet, si vous travaillez sur une même tâche pendant une heure d’affilée, vous vous épuisez et il vous faut beaucoup plus de temps pour atteindre le sommet de votre courbe de performance. En vous arrêtant seulement 5 mn, votre concentration n’a pas le temps de retomber, mais vous vous réoxygénez.

Cette technique, un peu perturbante au début, peut s’avérer particulièrement efficace pour vos tâches productives et rébarbatives. Pour la créativité, on ira chercher d’autres fruits plus exotiques…

Pomello, l’extension vitaminée pour Trello

Si vous utilisez les cartes du gestionnaire de tâches Trello, installez l’extension Pomello. Plus besoin alors de vous balader au cowork avec votre minuteur de cuisine. Une petit pamplemousse apparaît dans votre barre des tâches, il ne reste plus qu’à le connecter à vos tableaux et vous pourrez ainsi optimiser le traitement de vos cartes.

Un petit compte à rebours se glisse dans un coin de votre écran et, surtout, à la fin de la journée, vous pourrez mesurer le nombre de Pomodoros qu’il vous a fallu pour réaliser chaque tâche. Très utile pour bien ajouter vos futurs plannings de travail en fonction de ce que vous avez déjà fait.

Des grappes de tomates sur les rivages de l’Archipel

Parfois, à l’Archipel, pour que les pauses des Robinsons tombent à peu près à la même heure, on essaye de mettre en place des Pomodoros collectifs. Chacun à notre tour, nous pouvons proposer une petite animation pour occuper les pauses de 5 ou 15 mn. Rires et créativité s’invitent ainsi souvent dans nos séances productives.

L’article Agrumes et productivité : Pomello pour Trello est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
https://www.archipel-toulon.fr/outils/agrumes-productivite-pomello-trello/feed/ 0
L’impatience de l’entrepreneur est-elle productive ? https://www.archipel-toulon.fr/humeur/limpatience-de-lentrepreneur-productive/ https://www.archipel-toulon.fr/humeur/limpatience-de-lentrepreneur-productive/#respond Tue, 14 Nov 2017 15:59:02 +0000 https://www.archipel-toulon.fr/?p=22415 L’histoire va-t-elle plus vite ? C’est en tous cas la question que se posait Jean-Noël Jeanneney en 2001, offrant une résonance nuancées aux propos de Francis Fukuyama sur la fin...

L’article L’impatience de l’entrepreneur est-elle productive ? est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
L’histoire va-t-elle plus vite ? C’est en tous cas la question que se posait Jean-Noël Jeanneney en 2001, offrant une résonance nuancées aux propos de Francis Fukuyama sur la fin de l’histoire. Quelle que soit la thèse retenue, les évolutions rapides de notre société au cours des dernières décennies laisseraient à penser qu’il est de plus en plus important d’observer et agir vite. Peut-être…

Enthousiasme et angoisse, vecteurs d’impatience

A l’heure où notre cerveau humain n’est plus en mesure de saisir la célérité proposée par les avancées de l’intelligence artificielle, celles et ceux qui veulent dessiner le monde de demain semblent souvent portés par un sentiment d’urgence.

Le visionnaire voudrait que la réalité dans laquelle il se projette, apparaisse presque immédiatement pour pouvoir goûter rapidement aux plaisirs qu’il a imaginés. Il est porté par son dessein et ne conçoit pas que le monde reste planté dans son inertie fade. Ce qui l’entoure et ceux qui l’entourent doivent se mettre au diapason pour nourrir sa priorité absolue.

Quant à celui qui voit la fin du monde arriver à grands pas, même s’il se dit qu’il est déjà trop tard, s’il n’est pas paralysé, il se précipitera dans la recherche de solutions pour fuir la décrépitude. Peut-être a-t-il l’espoir secret de sauver les meubles malgré un discours pessimiste ? Sûrement se dit-il qu’il peut au moins sauver sa peau…

Angoissé ou enthousiaste, un entrepreneur comme Elon Musk mettra tout en oeuvre pour pouvoir aller sur Mars le plus rapidement possible. Or, si tout le monde n’est pas Musk, tout entrepreneur est-il forcément impatient ? Tout entrepreneur aurait-il d’ailleurs raison de vouloir se laisser porter par son impatience comme si la course aux marchés et aux levées de fonds était un gage de réussite de la vision. Oui, car au final, il est toujours question de vision quand on parle d’entrepreneuriat.

Le temps, prisme sublimateur de la vision

Certes le capitalisme financier est passé par là, les cycles économiques se sont raccourcis, les entreprises n’évoluent plus, elles se métamorphosent ou elles meurent. Toutefois, le temps reste une valeur non compressible. Il apportera toujours la dissociation forcée nécessaire autant à l’apprentissage qu’à la prise de recul pour juger de la pertinence ou de l’efficacité des actions menées.

Certes, si dans certains domaines “le temps ne fait rien à l’affaire”, il est un allié de la confiance, des convictions et du potentiel exponentiel d’une équipe ou d’une structure souple et agile. A l’heure du growth hacking, le temps ramène au sens et à la pertinence. Il permet de consolider des acquis. Reste à trouver le bon rythme…

Est-il encore possible d’entreprendre en laissant le temps au temps ?

Chi va piano, va sano et va lentano…

Quand les progrès technologiques accaparent l’attention de nos cerveaux lents et aisément stupéfaits de leur propre capacité créative, d’autres rythmes se rappellent à nous. Ils sont ceux de l’évolution de notre espèce, de nos sociétés, de nos structures culturelles, politiques et mentales. La Terre tourne toujours globalement à la même vitesse sur elle-même et autour du soleil. Le référentiel de base reste donc sensiblement le même.

De la même façon qu’une tomate mûrie sous serre n’a pas la saveur d’une “pomme d’or” qui aura pris le temps de grandir à la chaleur des rayons directs du soleil, un projet entrepreneurial peut-il exprimer tout son potentiel dans une course à l’existence rapide ?

Ni trop lent, ni trop rapide… ou un peu des deux à la fois

Certains porteurs de projets laissent parfois leurs idées devenir des regrets, à force de perfectionnisme, d’hésitations et de doutes multipliés. D’autres, à l’inverse,  s’essoufflent à ne pas prendre de hauteur sur leur aventure.

Il est certainement possible d’avancer à plusieurs vitesses à la fois, saisir les opportunités quand elles se présentent et respecter le temps de maturation nécessaire à chaque idée. Foncer vers son MVP (minimum viable product) c’est bien, regarder ce qui se passe autour de soi c’est bien. Prendre le temps de sortir la tête pour voir dans quelle direction va le monde…. c’est mieux.

Prendre le temps pour en gagner au moment idéal, c’est un peu l’idéal de l’entrepreneur qui, à l’image d’un décathlonien, doit savoir être bon dans les disciplines de fond comme dans le sprint.

L’article L’impatience de l’entrepreneur est-elle productive ? est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
https://www.archipel-toulon.fr/humeur/limpatience-de-lentrepreneur-productive/feed/ 0
La Hutte des Guérisseurs ouvre ses portes https://www.archipel-toulon.fr/la-vie-de-larchipel/hutte-guerisseurs-ouvre-portes/ https://www.archipel-toulon.fr/la-vie-de-larchipel/hutte-guerisseurs-ouvre-portes/#respond Tue, 04 Apr 2017 14:07:55 +0000 https://www.archipel-toulon.fr/?p=22110 Info83 a réalisé un petit reportage sur l’ouverture de La Hutte des Guérisseurs.

L’article La Hutte des Guérisseurs ouvre ses portes est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
Info83 a réalisé un petit reportage sur l’ouverture de La Hutte des Guérisseurs.

L’article La Hutte des Guérisseurs ouvre ses portes est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
https://www.archipel-toulon.fr/la-vie-de-larchipel/hutte-guerisseurs-ouvre-portes/feed/ 0
Petit traité matinal de créativité sociale https://www.archipel-toulon.fr/humeur/petit-traite-matinal-de-creativite-sociale/ Wed, 22 Feb 2017 15:56:12 +0000 https://www.archipel-toulon.fr/?p=1576 Avant d’être défricheur d’horizons et tisseur d’idées dans un espace de coworking, avant d’être entrepreneur et consultant en communication, avant de m’investir dans diverses associations qui promeuvent un meilleur vivre ensemble…...

L’article Petit traité matinal de créativité sociale est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
Avant d’être défricheur d’horizons et tisseur d’idées dans un espace de coworking, avant d’être entrepreneur et consultant en communication, avant de m’investir dans diverses associations qui promeuvent un meilleur vivre ensemble… avant tout ça, je suis géographe.

Bref, comme vous tous, je suis un créateur. Je ne travaille pas la terre, je ne dessine pas, je ne chante pas certes… Mes matériaux de prédilection sont moins palpables que ceux des plasticiens. Je m’épanouis dans la création collaborative et participative.

La matière première qui me fait vibrer ? La vie sociale, culturelle et économique ; le rapport des hommes à leur territoire, notre rapport à nos territoires.

Quand les envies bouillonnent

Si je vous parle de moi, ce n’est ni pour égrener une partie de mon CV, ni pour brandir l’étendard d’une passion qui prend les contours d’une raison d’être. Aujourd’hui, je voulais vous partager l’émotion d’une expérience quotidienne : celle de la contagion positive, celle de la créativité libérée.

Tous les jours, je constate la richesse de mettre les gens côte à côte et de provoquer la rencontre par cette simple proximité. Dans cet environnement propice à la libération des idées qu’est l’Archipel, les aspirations individuelles et collectives se réveillent, puis s’entraînent mutuellement…

Au contact de nos congénères, portés par cet élan social qui semble mouvoir notre espèce depuis ses balbutiements, nous voulons créer et nous nous rendons compte qu’il est possible de créer. Peu à peu, les entraves socio-culturelles se brisent et l’on ne demande qu’à explorer le monde qu’on a imaginé.

De la diversité

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que la nature nous apprend tout, qu’elle est la première source d’inspiration des artistes, des artisans et autres architectes. Modestes bricoleurs de lien social que nous sommes avec mes camarades, nous nous inspirons évidemment aussi de cette pachamama, trop souvent lacérée par une humanité qui n’en finit plus de se morfondre dans ses supplices psychotiques.

S’il y a bien une chose que la nature peut nous apprendre, c’est que la vie est un terreau qui se nourrit lui-même de la diversité qu’il engendre. La vie sur Terre n’est-elle pas le produit de la division des cellules et de leur diversification génétique ?

L’existence humaine puise son sens dans la créativité. Pourquoi les hommes auraient-ils sinon investi tant de passion et d’énergie à créer des créateurs à leur image ? En d’autres termes, diversité et créativité se nourrissent mutuellement.

La créativité sociale ne peut exister que dans et par la diversité sociale, par la multiplicité des points de vue, par l’enrichissement des apports culturels, des connaissances  et des expériences multiples qui se croisent, qui se frictionnent et  forment les premières étincelles d’une embrasement de joie collective.

Cultivons la diversité !  Inspirons nous des réussites de la permaculture ou de l’agroécologie, pour transposer à la culture des esprits, tant de principes de bon sens appliqués à la culture des sols.

Nous connaissons tous, les dangers et dégâts de la monoculture, celle qui épuise nos ressources en prétendant nous nourrir, celle qui nous installe dans la dépendance et surtout celle qui nous rend si vulnérables… Une maladie et c’est tout le champ qui est décimé… c’est toute la vie qui est décimée… Alors qu’en face, dans la diversité, dans cet univers joyeux et coloré des complémentarités, l’écosystème ressort toujours plus fort en faisant preuve de créativité.

Du lâcher prise et de la dynamique

Décloisonnez ! Laissez-faire ! Encouragez ! Accompagnez ! En résumé : libérez les énergies !

Je vantais plus haut les vertus des écosystèmes nourris de diversité et de créativité. L’approche systémique, propre à l’étude d’objets complexes, est à mon sens un mode d’observation indispensable d’un monde qui ne peut être compris autrement que dans sa complexité.

Un écosystème (ou un [1]Géosystème pour les non initiés : combinaison de facteurs biotiques, abiotiques ou anthropiques liés à un territoiregéosystème)  est un ensemble de facteurs combinés qui forment une réalité compréhensible comme un tout. Chacun des éléments du système interagit avec les autres en instaurant un équilibre, mu par une dynamique.

La créativité et la diversité sont les ressources énergétiques des “écosystèmes sociaux”. Plus on génère d’énergie au sein de cet écosystème, plus il se développe, plus il foisonne et plus il donne le meilleur de lui-même… dans une logique vertueuse, puisque créativité et diversité sont à la fois ressources et produits.

A la différence d’une boule de billard mue par une énergie externe, un écosystème social génère sa propre ressource de l’intérieur. Sa propre conscience collective permet l’intention créatrice (et la responsabilité qui va avec…. comme la conscience individuelle offre la liberté individuelle et la responsabilité qui l’accompagne).

En d’autres mots, la créativité sociale est telle une boule de neige capable de se mouvoir d’elle-même. Or, de l’effet boule de neige, on ne peut craindre que l’avalanche… Mais qui dirait non à une avalanche d’humanité ?

La peur peut-être.

La peur qui, souvent, fait basculer la fragile intention de régulation vers celle du contrôle. Or, si le contrôle est trop fort, on freine la dynamique au risque de la stopper, on freine l’élan de vie au risque de le stopper, on bride la créativité, on épuise la diversité…

Tout est question d’équilibre… mais un équilibre en mouvement, comme sur un vélo. Si on ne pédale plus, on tombe. Si on a peur, on tombe.

Notre dynamique : la confiance.

Les roulettes sur notre bicyclette : l’écoute, l’échange, la rencontre, le dialogue…

Voilà mon humeur du jour. Spontanée, elle est probablement maladroite. Mais au moment où j’écris ces lignes, quand les premières lueurs du jour caressent le clapot embrumé de cette tendre Méditerranée, j’espère pouvoir la faire vibrer longtemps.
Il y aura certainement des obstacles, mais qu’importe… je me réjouis par avance de découvrir les qualités itératives et créatives de mes congénères.

Notes   [ + ]

1. Géosystème pour les non initiés : combinaison de facteurs biotiques, abiotiques ou anthropiques liés à un territoire

L’article Petit traité matinal de créativité sociale est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
Comment bien démarrer la journée avant de venir au coworking https://www.archipel-toulon.fr/humeur/bien-demarrer-journee-de-venir-coworking/ Mon, 07 Nov 2016 16:56:12 +0000 https://www.archipel-toulon.fr/?p=1387 Besoin de motivation pour aller au travail ? Votre couette remporte trop souvent le combat de catch matinal ? Pire, vous êtes plutôt grognon à l’heure du petit-dèj ? Alors...

L’article Comment bien démarrer la journée avant de venir au coworking est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
Besoin de motivation pour aller au travail ? Votre couette remporte trop souvent le combat de catch matinal ? Pire, vous êtes plutôt grognon à l’heure du petit-dèj ? Alors voici quelques astuces pour démarrer la journée du bon pied… Une fois à l’Archipel, on s’occupe du reste !

Réveillez-vous tôt !

Crédits photo : Pexels

Crédits photo : Pexels

Les adeptes du Miracle Morning façon Laura Mabille et les fans de dictons le savent très bien : l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. Sans forcément vous infliger une routine matinale, gardez à l’esprit que physiologiquement, nous sommes plus créatifs et plus efficaces le matin.
Certaines études avancent même que se lever tôt rend heureux. Ca vaut le coup d’essayer…

Buvez la tasse…

Crédits photo : Pexels

Crédits photo : Pexels

Une grande tasse d’eau chaude avec du citron vous réconfortera dans la brume du réveil. Faire le plein de vitamine C vous aide à renforcer votre système immunitaire. Le jus de citron frais étant également source de magnésium, de calcium, de phosphore et de vitamines A et E, c’est vraiment tout bénef !

La philosophie ayurvédique nous laisse entendre que ce petit geste quotidien favorise la confiance en soi.

Méditez

Crédits photo : Freepik

Crédits photo : Freepik

Pas besoin d’être un maître bouddhiste pour prendre le temps de vous recentrer. Installez-vous confortablement, fermez les yeux ou portez votre regard sur un point fixe. Concentrez-vous sur votre respiration,  laissez filer les idées qui viennent vous titiller, puis ne pensez plus à rien.

5 à 10 mn de méditation quotidienne offrent des résultats bluffants : moins de stress pour aborder la journée et une énergie intérieure décuplée.

Remuez-vous

Crédits photo : PEXELS

Crédits photo : PEXELS

Une activité physique dès le réveil apporte de l’énergie, renforce le moral… et favorise la perte de poids (s’il y en a que ça intéresse…). A l’Archipel, certains coworkers viennent à vélo, bravo ! Vous pouvez aussi opter pour la course à pied, le crossfit ou prendre soin de vous avec une petite séance de yoga (Demandez conseil à Julie de Kurma Yoga).

Pour ne pas tomber dans la routine, vous pouvez alterner d’un jour sur l’autre entre des activités intenses et d’autres plus douces.

Ecoutez de la musique plutôt que les infos

Crédits photo : PEXELS

Crédits photo : PEXELS

Dorlotez vos oreilles, motivez-vous avec votre son préféré… mais surtout ne commencez pas la journée en vous laissant assommer par la sélection des drames du jour et autres informations plombantes que les dealers de morosité balancent sur les ondes.

Restez informés de ce qui se passe dans le monde, mais attendez plutôt la mi-journée pour faire votre revue de presse.

Sortez une poêle

Crédits photo : Freepik

Crédits photo : Freepik

Enfilez un tablier, prenez un fouet, deux œufs et passez à l’action. Le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée. Faites-vous plaisir et faites-vous du bien. Un bon repas favorisera votre concentration et votre mémoire.

Cuisiner votre petit-déjeuner vous permet d’être acteur pour vous-même avant de vous consacrer à l’extérieur.

 

Prenez une douche

Crédits photo : PEXELS

Crédits photo : PEXELS

Là, c’est juste une requête des autres coworkers. Grâce à la douche, vos relations sociales seront beaucoup plus constructives. Plus sérieusement : la douche matinale dégourdit les muscles et les articulations tout en éliminant les tensions et la fatigue.

Si vous n’avez pas de douche, vous pouvez vous baigner dans la mer, un lac ou un étang. Le passage sous la cascade reste l’option la plus sexy.

Pensez à vous avant de penser à vos e-mails

Crédits photo : PEXELS

Crédits photo : PEXELS

Votre chez vous doit rester un petit nid douillet. Ne polluez pas votre univers avec les questions du boulot. Prenez plutôt un papier et un crayon pour noter vos envies, vos humeurs et laisser libre cours à votre imagination.

Votre créativité matinale est un trésor. Vos notes sont précieuses. N’hésitez pas à donner leur chance à ces idées, un peu plus tard dans la journée…

Lisez quelque chose de positif

Crédits photo : PEXELS

Crédits photo : PEXELS

Même si vous n’êtes pas du genre à dévorer les pages d’un bouquin par centaines, prenez le temps de vous évader en lecture. Lisez un chapitre d’un roman, un article dans un magazine ou quelques pages d’un livre de développement personnel…

Concise et synthétique, votre lecture vous accompagnera tout au long de la journée. Elle pourra vous motiver ou vous inspirer.

Enfin, pour garder la forme et rester efficace tout au long de la journée, nous avons développé le programme Super Robinson de l’Archipel : Pomodoro collectif, siestes, massages, méditation… Votre développement professionnel passe par votre développement personnel

L’article Comment bien démarrer la journée avant de venir au coworking est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
Vivez pleinement votre vie professionnelle https://www.archipel-toulon.fr/humeur/vivez-pleinement-vie-professionnelle/ Thu, 27 Oct 2016 13:49:06 +0000 https://www.archipel-toulon.fr/?p=1313 Il y a quelques années, j’ai croisé une femme qui venait de perdre son emploi. Elle avait alors la cinquantaine passée. La boîte pour laquelle elle bossait l’avait remerciée en...

L’article Vivez pleinement votre vie professionnelle est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
Il y a quelques années, j’ai croisé une femme qui venait de perdre son emploi. Elle avait alors la cinquantaine passée. La boîte pour laquelle elle bossait l’avait remerciée en deux mots : licenciement économique. 30 années  de sacrifices routiniers pour un patron sans visage avaient été balayés d’un coup de crayon sur un petit chèque.

Aimez ce que vous faîtes

Elle avait d’abord pensé qu’en rompant son contrat, son ancien employeur lui avait fait boire la cigüe. Elle l’ignorait encore, mais le bourreau, malgré lui, avait ouvert la cage aux oiseaux.

Business photograph designed by Photoduet - Freepik.com

Crédits photo : Freepik

La sinistrose ambiante et la pression sociale l’avaient convaincue qu’elle vivait une situation encore plus dramatique que ce qu’elle pensait. Jamais elle ne retrouverait de travail à son âge. Ah le travail, cette douce torture érigée en valeur, comme pilier d’une société qui se sait malade et qui regarde la gangrène attaquer ses membres un par un…

Sous la sinistre oraison de sa vie d’employée, j’entendais résonner le carillon d’un espoir. Elle n’allait donc pas chercher de travail. Nulle intention pour autant d’abandonner la vie. Alors comme une respiration après une apnée trop longue, elle s’est demandée ce qu’elle aimerait faire.

Donnez du sens à ce que vous faîtes

Le terme « employé » vient du latin implicare, impliquer. Pourtant, bien souvent, l’employé est considéré comme une ressource parmi d’autres, à la seule différence qu’elle est qualifiée d’humaine dans les lignes comptables. Oui, dans un univers consumériste, on peut encore clamer haut et fort que l’humain est une ressource.

Là réside une faille majeure du monde du salariat : l’implication de l’employé ou plutôt son manque d’implication. Trop souvent réduit à un rôle d’exécutant, et à la masse salariale qu’il représente, l’employé n’est que rarement engagé  dans la vie de l’entreprise et dans les décisions qui gouvernent à la trajectoire du navire.

port-1621668_1920Crédits photo : Pexels

Or, pour être impliqué, le salarié a besoin de donner du sens à ses gestes quotidiens. Mais dans ce domaine, la simple dimension « gagne-pain » de son activité pèse bien peu dans la balance de l’épanouissement. Même bien nourri, celui qui rame sans voir l’horizon et sans avoir jamais la possibilité d’approcher le gouvernail, n’aura jamais le sentiment de liberté de celui qui mène sa barque.

Revenons-en à cette dame en transition forcée : la perte de son emploi la projeta avec encore plus d’élan sur la question du sens de son existence professionnelle. Privée d’emploi, il lui fallait désormais s’impliquer pour donner du sens.

Essayez pour ne rien regretter

J’ai recroisé cette dame 6 mois après notre première rencontre. Elle avait créé son autoentreprise et aidait particuliers et entreprises dans certaines tâches administratives. Ses revenus étaient bien inférieurs à ce qu’elle touchait en tant que salariée et elle ne cachait pas qu’il était difficile de trouver les clients. Mais quelque chose avait changé.

« Les fins de mois ne sont pas évidentes à boucler, en revanche, j’ai enfin le sentiment de vivre ma vie. »

Elle faisait désormais quelque chose qui lui plaisait. Bien sûr, ce ne sont pas les tâches administratives en elles-mêmes qui la réjouissaient. Elle faisait les choses pour elle-même ou pour ses clients. Dans tous les cas, elle savait pourquoi. Elle trouvait également du sens dans sa nouvelle vie parce qu’elle avait repris les commandes. Il ne dépendait que d’elle de se lever à 5h30 ou à 10h le matin, de démarcher de nouveaux prospects ou d’aller se promener sur la plage, d’accepter une mission ou de la refuser.

building-joy-planning-plansCrédits photo : Pexels

Je ne sais si cette dame a poursuivi son aventure entrepreuneuriale ou si son dynamisme lui aura permis d’intégrer une nouvelle équipe comme salariée plus épanouie et plus affirmée. J’aime en tout cas retenir de cette rencontre que rien d’heureux ne peut se faire sans passion.

Faites en sorte d’aimer ce que vous faites… ou de faire ce que vous aimez.

L’article Vivez pleinement votre vie professionnelle est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
Le programme Super Robinson, késako ? https://www.archipel-toulon.fr/la-vie-de-larchipel/programme-super-robinson-kesako/ Wed, 26 Oct 2016 15:34:03 +0000 https://www.archipel-toulon.fr/?p=1310 Toujours attentifs à votre bien-être et à votre épanouissement, nous sommes convaincus que l’esprit de groupe peut nourrir notre efficacité et notre créativité. Nous avons donc décidé de proposer une...

L’article Le programme Super Robinson, késako ? est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
Toujours attentifs à votre bien-être et à votre épanouissement, nous sommes convaincus que l’esprit de groupe peut nourrir notre efficacité et notre créativité. Nous avons donc décidé de proposer une série d’animations quotidiennes pour nous permettre de devenir ensemble… de Supers Robinsons !

Faire des pauses permet d’être plus efficace ! C’est ce dont ont pris conscience bon nombre de Robinsons qui ont quitté leur tanière pour s’installer entre l’Atoll et le Lagon de l’Archipel.

Voir les autres se lever pour “la pause calumet”, se servir un kawa ou faire infuser un thé pour la collectivité… ça incite à sortir le nez du guidon. Quand on s’y remet, on a la patate, on avance plus vite et les problèmes qui bloquaient se résolvent soudainement plus facilement…

Un programme de motivation collective

Vous connaissez les “petits-déj de l’Archipel” où nos intervenants viennent régulièrement présenter outils et méthodes de productivité ? GTD, E-mail Ninja, Trello… Mais combien d’entre-vous appliquent ce qu’ils ont appris tous les jours ? C’est ça…

On vous propose donc de jouer sur le levier de la motivation collective, en proposant de nouveaux rendez-vous tout au long de la semaine. Pitch training du lundi, pomodoros collectifs, siestes, massages, pauses créatives, retours d’expérience, séances de méditation…

Chacun construira son propre programme en piochant dans le menu selons ses envies. Comme toujours, nul doute que les Robinsons seront force de proposition…

Programme détaillé en construction

N’hésitez pas à contacter l’équipe de l’Archipel pour plus de détails.

L’article Le programme Super Robinson, késako ? est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
Retour en vidéo : Digital Nomad, je travaille tout en voyageant ! https://www.archipel-toulon.fr/conferences/retour-video-digital-nomad-travaille-voyageant/ Wed, 13 Apr 2016 18:12:24 +0000 https://www.archipel-toulon.fr/?p=789 Vous n’avez pas pu assister à notre “Petit Déj des Robinsons du mois d’Avril” ? On a pensé à vous en filmant l’intervention d’Eliott Lehoux, c’est à voir et à...

L’article Retour en vidéo : Digital Nomad, je travaille tout en voyageant ! est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
Vous n’avez pas pu assister à notre “Petit Déj des Robinsons du mois d’Avril” ? On a pensé à vous en filmant l’intervention d’Eliott Lehoux, c’est à voir et à revoir 🙂

Bon visionnage !

L’article Retour en vidéo : Digital Nomad, je travaille tout en voyageant ! est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
Magazine “La Mensuelle” – Reportage vidéo https://www.archipel-toulon.fr/reportage/magazine-la-mensuelle-reportage-video/ Mon, 01 Feb 2016 14:16:48 +0000 https://www.archipel-toulon.fr/?p=682 Premier numéro de “La Mensuelle”, émission 100% Var, proposée par MadeInVar.tv. Au sommaire de ce magazine : Julien Meyrignac urbaniste, porte son regard sur l’évolution du centre ancien de Toulon ;...

L’article Magazine “La Mensuelle” – Reportage vidéo est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>
Premier numéro de “La Mensuelle”, émission 100% Var, proposée par MadeInVar.tv.

Au sommaire de ce magazine :

  • Julien Meyrignac urbaniste, porte son regard sur l’évolution du centre ancien de Toulon ;
  • le navigateur Sébastien Destremau se projette sur le départ du mythique Vendée Globe, auquel il prendra part en novembre prochain
  • Et bien sûr, Virginie Dardenne qui nous parle de l’Archipel, votre espace de coworking à Toulon !

 

Voir le numéro en entier

L’article Magazine “La Mensuelle” – Reportage vidéo est apparu en premier sur L'Archipel Toulon - Espaces de coworking.

]]>